.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
SOYEZ LES BIENVENUS ! Vous êtes invité à vous présenter aux autres membres pour faire connaissance : " ICI "
Ecrit collectif : PARTICIPATION A L'ECRITURE COLLECTIVE D'UNE HISTOIRE : INSCRIVEZ-VOUS VITE !
Dans "écriture collective" ICI !

Partagez
 

 Nouvelles insolites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
Messagepar Invité : Nouvelles insolites   Nouvelles insolites EmptyMar 13 Juin - 13:42

Nouvelles insolites Nouvel14





Titre : Nouvelles insolites
Auteur : Gérard de l'Extrême
Editions La Safranière
ISBN ; 978-2-919484-05-8

BNF : Juillet 2012
Prix public : 10 €

Résumé

Ce recueil d'histoires courtes, de nouvelles littéraires, de lettres et autres essais, se compose de treize écrits très divers. Il résume mes écrits de l'année 2012 où je me cherchais tant sur le style que sur le genre d'écrit.

Extraits :

La pomme de vie

"Paul resta appuyé sur la porte, Frédérique vérifia qu’il n’y avait pas de caméra et avec un cérémonial ridicule, j’ouvris la première enveloppe, celle que le chef de mission m’avait donnée en personne avant de partir. Je lus :
« Votre mission est de la plus haute importance, la vie de l’entreprise est en péril. Les Allemands viennent de découvrir en forêt équatoriale de Papouasie une nouvelle molécule. Nous avons su par un de nos correspondants que nous devrions la trouver en quantité en forêt guyanaise. Cette molécule va révolutionner la thérapie du cancer : vous devez nous la ramener dans les meilleurs délais. Trouvez rapidement sur place les informations sur la localisation de la « pomme de vie », nom donné localement au fruit d’un arbuste dont notre correspondant vous révélera les caractéristiques. Bonne chasse ! »
En espérant que l’enveloppe, celle que je venais de recevoir de l’homme mystérieux, nous donnerait des précisions, je l’ouvris : un simple papier où je pus lire un numéro de téléphone et un nom : monsieur Pruneau.
Les yeux grands ouverts, ils me regardaient tous, en attendant la suite ; le problème était qu’il n’y avait pas de suite.
– Voilà, dis-je !

Le mur

Rouge de confusion, elle venait de comprendre sa bévue et se culpabilisait d’avoir imaginé que Stéphane eût de mauvaises intentions. Ce qu’elle avait cru n’était pas digne d’elle, mais pouvait-elle savoir que sa peur avait un fondement profond ? Elle venait de ressentir au travers de sa sensibilité, l’appel à son épanouissement sexuel. Elle venait d’avoir peur d’elle-même, de ses envies, de cette envie que son éducation avait aussitôt réprimée. Intelligente, elle prit conscience que, si son copain avait eu comme elle cette pulsion, le drame aurait déjà été consommé.
– Explique-moi, dit-elle.
– C’est difficile de dire ce que je ressens et je ne suis pas certain qu’en ta présence, je parviendrais à partir.
– Pourquoi ?
– Je ne saurais le dire, mais si tu veux faire le plus grand silence et si je parviens à oublier que tu es là, il se peut que je parte.
– Partir où ?
– Là bas, dit-il, en montrant d’un geste majestueux la prairie du parc du château de Satan.
– Ton esprit part… mais, toi, restes-tu ?
– Je ne sais pas, tu me le diras.
– Attends, se pourrait-il que tu ne reviennes pas ?
– Je suis toujours revenu, mais je sais qu’un jour je ne reviendrai pas.
– Je ne veux pas que tu partes. Je t’en supplie, reste là ! cria-t-elle.
– Pourquoi ? Aurais-tu peur ?
– Oui, si tu ne revenais pas, que deviendrais-je ici ? Comment rentrerais-je chez moi ?
– Tu sais, je suis toujours revenu, mais, si tu as si peur, que nous reste-t-il à faire ?
Elle n’osa pas lui dire, lui crier, lui hurler qu’elle voulait partir d’ici. Elle n’osait pas, car elle ne voulait pas qu’il l’accuse d’être comme toutes les filles, versatile et capricieuse. Elle ne voulait pas lui donner le plaisir qu’il se moque d’elle, qu’il dise qu’elle était une peureuse, une petite fille, et surtout, que lui s’en fasse une gloire.
– Allez ! Montre-moi ! Fais voir ! Dit-elle pleine de courage.
– Puis-je ?
– Oui, je ne crois pas à tes sornettes. Je me fais toute petite, là, contre le mur, oublie-moi, vas-y ! Je ne regarde même pas.
Gérard de l'Extrême  :fl:
Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelles insolites
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poétikart ::  :: Les publications des auteurs de Poétikart-
Sauter vers: