.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Fiche présentation - 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 6304
Date d'inscription : 26/08/2009
Féminin
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Fiche présentation - 3   Lun 26 Juin - 13:06

Voici un codage pour présenter vos textes.

Le rendu




La vie en rose

Per hoc minui studium suum existimans Paulus, ut erat in conplicandis negotiis artifex dirus, unde ei Catenae inditum est cognomentum, vicarium ipsum eos quibus praeerat adhuc defensantem ad sortem periculorum communium traxit. et instabat ut eum quoque cum tribunis et aliis pluribus ad comitatum imperatoris vinctum perduceret: quo percitus ille exitio urgente abrupto ferro eundem adoritur Paulum. et quia languente dextera, letaliter ferire non potuit, iam districtum mucronem in proprium latus inpegit.

Le code:
 

Pour les modifications c'est le même principe que la fiche 1
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 4886
Date d'inscription : 09/02/2017
Féminin
avatar
Céline
Message Céline : Re: Fiche présentation - 3   Mar 6 Mar - 16:39




Lettre à un inconnu… célèbre !


    Paris, le 8 septembre 1857    
   
Monsieur,

      Vous ignorez qui je suis, vous êtes pour moi un inconnu, mais nous nous connaissons. Je suis en effet celle que vous chantâtes, que dis-je, que vous célébrâtes dans un de ces poèmes qui viennent de paraître. Oui, vous êtes l’auteur des Fleurs du Mal, mon cher ami, et je resterai à jamais pour vous un mystère ! Pardonnez mon audace mais j’ose à présent m’adresser à vous pour vous dire toute mon admiration.

       Rappelez-vous, Monsieur, cet instant de grâce, en ce matin glacé. Il faisait si froid, le souffle des passants accompagnait leur course. Lorsque je sortis de chez la marquise de Longmont, mon amie, c’est sur vous que je faillis trébucher. Vous restâtes immobile, comme fasciné par une apparition. Je vis dans ce regard qui se posait sur moi une dévotion à nulle autre pareille.

       Ma peine était profonde, je venais d’accompagner mon époux, le général de Nordhoy, vers sa dernière demeure. Ma chère amie Mathilde avait tenté de me réconforter, en vain. J’aimais tendrement mon conjoint, notre ménage était exemplaire, j’avais eu la joie de lui donner deux beaux garçons, qui faisaient notre bonheur. Hélas ! Amor fugit ! Tout est si fugitif !

       Pardonnez ces confidences, Monsieur, vous qui êtes persécuté en ce moment. La critique, les tribunaux, l’opinion de notre grand pays vous sont hostiles. Et pourtant, quel génie est le vôtre ! On vous reproche vos poèmes licencieux, cet amour du Diable qui ne sont, j’en suis certaine, que le paravent de votre fragilité. Car je le sais, je l’ai lu dans votre regard, vous êtes pur, à la recherche d’un ange, et cet ange, un instant, j’ai cru que c’était moi !

       Ne pensez pas que je sois vaniteuse, imbue de moi-même, je ne suis que douleur et désespérance, je suis la dame en deuil que vous croisâtes ce jour-là sur le trottoir de cette ville impitoyable aux cœurs. Ne tentez pas de me joindre, unissons seulement nos âmes à distance pour un instant. Je serai éternellement fidèle à mon époux décédé, j’emporterai cet amour dans ma tombe. Mais comment oublier l'instant de notre douce rencontre ?

       Je vous écris pour vous dire simplement à quel point votre beau poème m’a touchée. Vous évoquez avec tellement de justesse cet instant si précieux. La passion, le regret s’y expriment avec tant de grâce ! Consolez-vous, mon ami, j’ai ressenti toute la force de votre sentiment lorsque nos regards se croisèrent. Mais je ne peux répondre à cette passion si vive, cet éclair éternel qui nous unit une seconde, je suis veuve à jamais.

       Ayez du courage, très cher, en ces moment difficiles que vous vivez maintenant ! Votre œuvre rayonnera toujours, au-delà même des frontières. Le temps n’existe pas, pour des génies tels que vous. Vous serez reconnu par la postérité, j’en suis certaine.

       Veuillez croire, Monsieur, à ma tendre amitié, aujourd’hui et demain. Je joins à ma missive ce poème merveilleux que vous écrivîtes à la suite de notre unique rencontre, impérissable souvenir !

Pauline, baronne de Nordhoy


A une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d'une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son œil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais !

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 4886
Date d'inscription : 09/02/2017
Féminin
avatar
Céline
Message Céline : Re: Fiche présentation - 3   Mar 6 Mar - 16:48

C'est splendide, bravo, Gourmandine !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6304
Date d'inscription : 26/08/2009
Féminin
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Re: Fiche présentation - 3   Mer 7 Mar - 9:10

Avec ton texte (lettre) je pourrais mettre un fond, une texture comme du papier à lettres ou comme les feuilles d’écolier.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 4886
Date d'inscription : 09/02/2017
Féminin
avatar
Céline
Message Céline : Re: Fiche présentation - 3   Mer 7 Mar - 9:25

Oui, ce serait super !

Du papier à lettres de dame plutôt que des feuilles d'écolier, bien sûr. Mais un jeu de textures proposées serait intéressant à joindre au script.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message Contenu sponsorisé : Re: Fiche présentation - 3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fiche présentation - 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Poétikart ::  :: Codage libre service-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: