.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Célera, le perturbateur magnifique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 12:12

Il s'agit d'un texte en cours dont le titre n'est pas définitif.
Il doit être retravaillé selon les conseils de Gérard pour les textes plus longs.  Vos commentaires et critiques me seront d'un apport essentiel.
Je  vous en remercie d'avance.


Elle se réveille en sursaut, haletante.  Comme un diable qui sort de sa boîte, elle se retrouve assise. Il lui semble avoir entendu un cri.  Le sien probablement.  Celui-là même qui l'a arrachée à son sommeil. Sauvée du cauchemar.  L’écran lumineux du radio-réveil affiche deux heures quarante-cinq.
Elle essuie son front en sueur du dos de la main.  « Allons.  Respire ? Ce n’est qu’un cauchemar ».  Elle frissonne.  Machinalement, elle referme ses bras autour de son corps.  Elle s’enlace. Se blottit dans ses propres bras.
La tenture entretient la pénombre, elle scrute l'obscurité.   Un léger ronflement lui parvient.  Celui de sa petite fée qui dort paisiblement en boule au bout du lit.  Ses yeux s’attardent sur ce petit corps endormi, appel à la sérénité.  Elle n’est pas apaisée.  Elle guette.  Il est là.  Elle en a la certitude.  Tapi dans l’ombre, il l’observe. Il doit bien rire de la voir assise dans son lit, les cheveux hirsutes, le regard effrayé.  Serait-ce donc qu’elle ne peut pas se passer de lui ?
 
Non, c’est un cauchemar.  « Rien qu’un cauchemar » se dit-elle pour se rassurer.  « Si tu voyais ta tête, ma pauvre fille. » se réjouit-il.  Elle repose sa tête sur l’oreiller décidée à se rendormir.  Mais c’est plus fort qu’elle.  Allongée, elle promène son regard autour d’elle.  Et s’il profitait encore de son sommeil.  S’il attendait tout simplement qu’elle baisse la garde pour s’immiscer de manière illicite dans ce qu’elle souhaite être un repos.  Là, il exagère.  Déjà qu’il ne lui laisse guère de répit durant la journée, voilà maintenant qu’il a l’indécence de se glisser dans son intimité.  Il lui semblait qu’elle avait pourtant été claire lors de leur dernière discussion.  Elle pensait même, pour une fois, avoir eu le dernier mot.
 
Voilà son pied qui la démange, maintenant ! « Pense à autre chose » se dit-elle. Recentre-toi.  Ca va passer. Impossible.  « Je parie que c’est lui ».  Elle se redresse et se gratte le pied avec vigueur.  Elle s’allonge et ferme les yeux. « Recentre-toi. Ecoute la pluie crépiter contre la vitre.  Tu adores la pluie.  Avec elle, tu fais de beaux voyages .» se persuade-t-telle.
 
Maintenant, c’est la petite fée qui s’y met.  Et que ça ronronne.  Et que ça pétrit.  Normal.  Tes gesticulations ont eu raison de son sommeil.  « Un petit câlin, près de maman? ».  Elle se love contre ses cuisses. Sa présence et sa chaleur la rassérènent. « Heureusement que tu es là, ma petite chérie » lui dit-elle à voix basse.  « Maintenant, tu vas te rendormir.  Il n’est plus là.  Il n’est pas là.  Tiens-toi le pour dit une fois pour toutes ».
 
Le reste de la nuit s’était déroulé sans encombres.  De cette intrusion nocturne, elle ne gardait que des cernes bleutées comme le lui révélait le miroir sans la moindre complaisance. Ce n’était pas encore la tête des grands jours.  Elle commençait à s’y faire même si à chaque fois, elle ne pouvait s’empêcher de grimacer. « Après le petit-déjeuner, ça ira mieux », se consolait-elle.
 
Suite aux bouleversements qui avaient secoué sa vie, elle s’efforçait de redonner à celle-ci un visage humain.  Il y avait du boulot ! La pente était abrupte et le terrain jonché de souches qui la faisaient encore souvent trébucher.  Il n’empêche qu’elle avançait.  Il ne lui fallait plus faire usage de la machette pour se frayer un passage dans la jungle d’un quotidien pénible et des souvenirs douloureux. « Tu es vite contente » lui susurra une voix familière.  « Célera, tu ne pourrais pas faire la grasse matinée » se surprit-elle à lui répondre  fermement.  Il n’abandonnait jamais.
 
 Célera et elle, c’était une longue histoire.  Ils se connaissaient depuis toujours.  Ou presque.  Pas question d’amour ni d’amitié entre eux.  Ils cohabitaient.  Pas toujours pacifiquement. S’agissait-il vraiment d’une cohabitation ? Elle avait plutôt le sentiment qu’il s’était immiscé dans son existence. Il y avait fait son nid en parfait coucou qu’il était.  Oui, un coucou.  Elle ne se souvenait pas de l’avoir un jour invité à entrer. Elle ne s’en était pas pour autant offusquée.  La porte, comme bien souvent était ouverte, il est entré.  Voilà tout.  Elle n’allait tout de même pas le mettre dehors.  Elle ne mettait jamais personne dehors.
 
C’est vrai qu’au départ, elle avait eu de la sympathie pour lui.  Elle aimait son humour au second degré, sa prévenance, ses attentions.
Il était aussi de bon conseil.  Il n’était pas beau mais avait quelque chose d’attachant.  Un charme tout personnel.  Elle apprécait la singularité.  Et puis les apparences ne font pas le cœur de l’Homme.
Une tête toute ronde. Brune.  Parcourue de sillons.  Ca et là, des bourgeons habités par de fins et longs poils.  Des radicelles, plus exactement.  Un nez aquilin et de gros yeux noirs.  Avec çà, pas un poil sur le caillou.  Une boule de céleri ! Le corps était menu, pratiquement inexistant sous cette mappemonde.  Pas un premier prix de beauté ! Mais avenant, bonhomme.  Le regard espiègle et rieur.
 
Progressivement, il s’était installé.  Le visiteur s’était mué en locataire permanent se dispensant du moindre loyer.  Petits services par-ci, par-là l’exonéraient, pensait-il, d’une contribution financière.  Elle n’y avait vu aucune malice et s’accommodait de cet arrangement.  Encore convient-il de préciser que le seul arrangement consenti était avec lui-même.  Parfois, son sans-gêne la surprenait quelque peu.  Mais rien qui vaille la peine pour elle de lui en faire la moindre remarque.  C’est ainsi que le ver s’était glissé dans la pomme de plus en plus profondément.  Avec son consentement à elle.   Qui ne dit rien…
 
Elle n’était pas d’une nature à poser des limites à quiconque. Chez elle, les portes et les fenêtres béantes étaient une invitation à entrer, à s’installer, à s’éterniser, à profiter du gîte et du couvert, à s’insinuer dans son quotidien voire même à lui donner des conseils ou à la critiquer.  Il lui était même arrivée de dormir dehors pour laisser la jouissance de sa maison à ses « invités ».  Sa vie regorgeait de situations de ce genre. Une véritable encyclopédie.  Le ressort a cette capacité de s’étirer longtemps avant de rompre.  C’était sa façon d’être.  Encore que le ressort avait chez elle une résistance à toute épreuve.  Avant qu’il se rompe… Mais c’était arrivé.  A ce moment, elle procédait à une expulsion en règle et plaçait le ou les importuns sur liste rouge de manière rédhibitoire. Ils sont ou ne sont que deux à y figurer. 
 
Il y avait les équilibristres. Ceux qui maitrisaient les propriétés du ressort et les défiaient.  Alors qu’il était sur le point de rompre, ils reculaient d’un pas.  Peut-être de deux. Et il retrouvait de la souplesse.  Bérénice était du nombre.  Elle avançait comme un félin. Comme lui elle ronronnait, avant d’asséner un coup de patte ou de griffer.  Elle voyait le regard, sentait ce mot qui allait lui signifier son exil parce que cette fois était celle de trop.  Elle se retirait, tête basse avant de venir se frotter contre ses jambes, de lui adresser son regard le plus doux.  Chez elle, le risque le plus évident venait de la rouille qui rongeait peu à peu le ressort.  En effet, ses approches s’étaient espacées au point d’être quasi inexistantes.  La prochaine fois que le félin s’essaierait au jeu du ressort, parce qu’elle ne pourrait pas s’en empêcher, il casserait tout net.
 
 
Ainsi ils seraient deux à figurer sur la liste rouge ? En est-elle bien sûre ?  Etait-ce vraiment le ressort qui avait cédé la seconde fois ?  N’était-ce pas plutôt quelque chose d’animal qui l’avait amenée à mettre un terme à toutes ces années ? Quelque chose comme l’instinct de survie ?  Oui, il y avait de ça. Le ressort était certes tendu à son maximum mais ses étranges propriétés lui laissaient encore un peu de souplesse.  Un instinct de survie.  Oui.  D’autres lui diront plus tard qu’elle avait eu du courage, du cran.  Elle ne le pensait pas.  Célera non plus.  Et n’avait pas manquer de le lui faire savoir. « Alors, tu baisses les bras ? C’est vrai qu’il est plus facile de prendre la fuite » lui avait-il ironiquement glissé avec son sourire perfide.  Elle avait pris la fuite ? Non, ça elle ne pouvait pas l’accepter. Jamais.  Elle avait tout simplement sauvé sa peau.  « Jeu de mots ou vérité qui arrange… » avait-il surenchéri. Non. Non et non. Là, il n’aurait pas le dernier mot.  Fuir revenait à se voiler la face, à ignorer la réalité, à refuser de l’affronter.  Tout au plus, lui était-il arrivé de ne pas la regarder dans les yeux parce qu’elle espérait que les choses pourraient changer.  Qu’elles allaient changer.  Qu’elles changeraient.  Le déclic ? Oui, il y aurait un déclic.  Forcément.  Orgueil ? Non, amour.  Amour qu’elle avait immense.  Mais de là à ce qu’il soulève des montagnes… Pourtant, elle avait essayé.  Au risque de s’y casser le dos.  Lui avait plutôt bien accusé le coup.  Elle par contre…
 
Résolument, elle avait affronté la réalité même si parfois, elle s’était convaincue qu’il ne s’agissait que d’un mauvais rêve. D’un cauchemar.  Que la lumière du jour viendrait caresser son visage et que la vie lui sourirait à nouveau.  Mais ce qu’elle ne pensait être qu’une ondée passagère que le soleil aurait tôt fait de balayer s’était mué en  une pluie battante accompagnée d’un vent violent.  A peine une accalmie était-elle survenue que déjà le ciel s’obsurcissait déchiré par des éclairs qui le fendaient en deux.  Les éclaircies étaient rares et de moins en moins fréquentes.  Quand enfin la tempête s’était levée, il lui restait juste quelques forces pour s’accrocher à cette branche fragile qui s’appelait la rupture.
 
La réalité.  C’était elle aussi qui l’attendait sur le seuil de cette porte où elle se tenait avec sa valise sauvée du naufrage d’un passé, nouveau-né de quelques heures.  Heureusement, sa petite fée était en sécurité depuis peu.  Elle lui manquait énormément.  Bientôt, elles seraient à nouveau réunies.  Elle aurait tellement aimé que ce soit ici. Désormais, ce serait ailleurs.  Bientôt.  Mais bientôt lui semblait être une éternité.
 
Dans sa valise, elle avait emporté Célera.  Alors qu’elle réunissait rapidement quelques vêtements, sa trousse de toilette, il s’était glissé à son insu trouvant une place confortable entre deux pulls.  Il n’allait tout de même pas l’abandonner.  Qu’aurait-elle fait sans lui ?
En vérité, elle se serait bien passé de lui.  Mais lui ne pouvait pas se passer d’elle.  Elle lui aurait manqué.  Et puis, elle aurait été perdue sans lui. Et puis, à quoi bon rester là où il n’avait aucun rôle à jouer.  Où il n’intéressait personne.  Ou si peu.
 
Il attendit tout de même le soir pour lui faire la surprise de sa présence.  Alors même qu’ayant rejoint sa chambre d’hôtel, elle rangeait son maigre bagage, il sortit de la valise comme un diable de sa boîte.  Affichant un grand sourire.  Sûr de son effet.  Mais déçu de sa réaction.  Il faut dire qu’en matière de diplomatie, il avait tout à apprendre.  Lui demander : « Tu vas faire quoi, maintenant ? » n’avait sans doute pas été la question la plus appropriée ni la plus délicate.  « L’hôtel c’est bien pour les vacances.  Mais là, en plein hiver à quelques kilomètres de chez toi, tu ne trouves pas ça ridicule ?»...


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Féminin Messages : 3453
Points : 7603
Date d'inscription : 26/08/2009
Localisation : Région parisienne
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 13:35

Pour commencer la première partie de ton texte.
Je viendrais mieux donner mon avis.

Spoiler:
 
2h45: a priori il faut écrire l'heure en lettres
deson: manque un espace
réveil-radio: c'est pas radio réveil?!
Revenir en haut Aller en bas
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 15:52

Merci pour ces premières informations.


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Masculin Messages : 314
Points : 586
Date d'inscription : 16/04/2017
Localisation : vaucluse
Humeur : nostalgique
avatar
Aralf
Message Aralf : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 16:57

Je ne l'ai pas encore lu, mais déjà j'adore le titre!

edit : "en sueur" au singulier me semble t-il...

Elle scrute l’obscurité.  Pas difficile, la tenture entretient la pénombre mais pas l’obscurité complète
Je trouve que c'est un peu lourd, surtout à cause du "pas difficile" qui en plus n'apporte rien de plus. Et puis il y'a répétition d'"obscurité"

Peut être plus simplement :
"La tenture entretient la pénombre, elle scrute l'obscurité"

"Lui parvient, un léger ronflement." Je n'aime pas trop cette tournure de phrase, pourquoi pas simplement "Un léger ronflement lui parvient"?

"sérénité. Elle n’est pas sereine. Elle scrute"
Répétitions : sérénité/sereine et scrute déjà utilisé la phrase précédente


Mon blog : Les jardins d'Aralf





Gaïa - en vente chez  EDILIVRE
La sueur des cargos - en vente chez EDILIVRE
Revenir en haut Aller en bas
http://les-jardins-d-aralf.over-blog.fr/
Féminin Messages : 3453
Points : 7603
Date d'inscription : 26/08/2009
Localisation : Région parisienne
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 17:29

Citation :
elle ne gardait que des cernes d’un bleu sombre
J'ai du mal avec le bleu sombre car on dirai un hématome du à un coup de poing.
Citation :
Tu adores la pluie.  Avec elle, tu fais de beaux voyages .» se persuade-t-telle.
Enlever T
Revenir en haut Aller en bas
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 17:30

Merci pour tes commentaires et conseils, Aralf.

J'ai remplacé "scrute" (le second) par "guette" qui outre le fait qu'il évite la répétition me semble davantage correspondre à son état d'esprit.

"Ses yeux s’attardent sur ce petit corps endormi, appel à la sérénité.  Elle n’est pas apaisée.  Elle guette.  Il est là.  Elle en a la certitude.  Tapi dans l’ombre, il l’observe."  Dans ce passage, j'ai remplacé "serein" par "apaisé" mais je ne suis pas convaincue...


:voit:


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 17:49

Cernes bleues ? Bleutées ?


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Féminin Messages : 3453
Points : 7603
Date d'inscription : 26/08/2009
Localisation : Région parisienne
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 18:13

Personnellement je préfère.
Revenir en haut Aller en bas
Masculin Messages : 314
Points : 586
Date d'inscription : 16/04/2017
Localisation : vaucluse
Humeur : nostalgique
avatar
Aralf
Message Aralf : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Jeu 3 Aoû - 18:42

Etait-ce vraiment le ressort qui avait cédé la seconde fois ?


Mon blog : Les jardins d'Aralf





Gaïa - en vente chez  EDILIVRE
La sueur des cargos - en vente chez EDILIVRE
Revenir en haut Aller en bas
http://les-jardins-d-aralf.over-blog.fr/
Féminin Messages : 38
Points : 98
Date d'inscription : 24/07/2017
Localisation : Occitanie
Humeur : nostalgique
avatar
Naguère
Message Naguère : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Ven 4 Aoû - 18:15

Ecoute la pluie  tintinnabuler contre la vitre.

La pluie ne produit pas un son de clochettes.    Inutile d'inventer des images à tout prix. Restons sobres ! Exemple :

"Ecoute la pluie heurter la vitre."

Ou, encore mieux :

"Ecoute la pluie contre la vitre."

Allez, c'est un bel exercice de style. Courage !


"Connaître sert beaucoup pour inventer" (Mme de Staël)
Revenir en haut Aller en bas
http://http://femmesdelumieres.canalblog.com/
Masculin Messages : 314
Points : 586
Date d'inscription : 16/04/2017
Localisation : vaucluse
Humeur : nostalgique
avatar
Aralf
Message Aralf : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Ven 4 Aoû - 18:21

Naguère a écrit:
Ecoute la pluie  tintinnabuler contre la vitre.

La pluie ne produit pas un son de clochettes.    Inutile d'inventer des images à tout prix. Restons sobres ! Exemple :

"Ecoute la pluie heurter la vitre."

Ou, encore mieux :

"Ecoute la pluie contre la vitre."

Allez, c'est un bel exercice de style. Courage !

Oui, ça m'a également interpellé; dans le sens où si je me souviens bien, dans ce passage, elle se parle à elle-même. Personne ne se parle à soi même en utilisant ce genre de mots! En tout cas, pas moi!


Mon blog : Les jardins d'Aralf





Gaïa - en vente chez  EDILIVRE
La sueur des cargos - en vente chez EDILIVRE
Revenir en haut Aller en bas
http://les-jardins-d-aralf.over-blog.fr/
Féminin Messages : 38
Points : 98
Date d'inscription : 24/07/2017
Localisation : Occitanie
Humeur : nostalgique
avatar
Naguère
Message Naguère : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Sam 5 Aoû - 8:09

Je pense aussi à crépiter. La pluie crépite...


"Connaître sert beaucoup pour inventer" (Mme de Staël)
Revenir en haut Aller en bas
http://http://femmesdelumieres.canalblog.com/
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Lun 7 Aoû - 18:50

Vos avis et conseils me sont précieux et je vous en remercie.
Merci, Naguère pour ta suggestion. " Crépiter" me semble effectivement plus adapté pour la pluie.
flower


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Masculin Messages : 3433
Points : 8063
Date d'inscription : 23/11/2009
Localisation : Royan
Humeur : Fou de joie
avatar
Gérard de l'Extrême
Message Gérard de l'Extrême : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Sam 12 Aoû - 10:28

Citation :
Il doit être retravaillé selon les conseils de Gérard pour les textes plus longs.  

Je viens de voir ça... Faut-il que je fasse les corrections et que je commente, ou j'ai déjà fait ça...

Gérard :fl:


L'avenir est une promesse
_______________________
Lisez mes histoires courtes ICI  :fl:
_______________________
Mon Blogue : MOTS en LIBERTÉ
Revenir en haut Aller en bas
http://motsenliberte.blog4ever.com/
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Sam 12 Aoû - 14:07

Je parlais des renseignements que tu avais donnés dans la rubrique "aide à l'écriture" au sujet des textes plus longs.
Mais j'aimerais beaucoup que tu puisses me faire part de ton avis sur "Célera,..." et me prodiguer des conseils (fond et forme) en fonction de ta disponibilité.
Merci d'avance à toi.


:mp scratch


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Masculin Messages : 3433
Points : 8063
Date d'inscription : 23/11/2009
Localisation : Royan
Humeur : Fou de joie
avatar
Gérard de l'Extrême
Message Gérard de l'Extrême : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Dim 13 Aoû - 11:15

Je me suis autorisé, à ta demande, de corriger ton écrit en respectant le plus possible le fond et ton style.
Le fond :
L'histoire est étrange, on comprend qu'elle est une partie d'histoire.
La forme :
il y a beaucoup de métaphores. 
La ponctuation est mal gérée et je pense qu'il faudrait revoir les temps de l'action. 
Le style est agréable et on a envie de tout lire, car la lecture est aisée.


Gérard :fl:

Correction:
 


L'avenir est une promesse
_______________________
Lisez mes histoires courtes ICI  :fl:
_______________________
Mon Blogue : MOTS en LIBERTÉ
Revenir en haut Aller en bas
http://motsenliberte.blog4ever.com/
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Dim 13 Aoû - 13:51

Gérard, un tout grand merci pour tes corrections, tes conseils ainsi que pour ton appréciation qui m'encouragent.  Merci également pour ta disponibilité.
Je vais revoir le texte au niveau du temps et de la ponctuation.  J'ai beaucoup de difficultés à assurer une cohérence au niveau du temps.
Dois-je moins recourir aux métaphores ?
:roose


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Masculin Messages : 3433
Points : 8063
Date d'inscription : 23/11/2009
Localisation : Royan
Humeur : Fou de joie
avatar
Gérard de l'Extrême
Message Gérard de l'Extrême : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Dim 13 Aoû - 17:07

Pour les métaphores, il faudrait rester dans le raisonnable et qu'elles ne soient pas des devinettes.

La gestion des temps :

Il faut choisir, soit l'histoire est au présent et ce qui a lieu avant au passé simple et imparfait, soit l'histoire est au passé, ce qui se passait avant est aux plus-que-parfait et imparfait.

Voilà, c'est aussi simple que cela, enfin presque !

J'ai revu la ponctuation, mais les temps restent à vérifier.

Gérard :fl:


L'avenir est une promesse
_______________________
Lisez mes histoires courtes ICI  :fl:
_______________________
Mon Blogue : MOTS en LIBERTÉ
Revenir en haut Aller en bas
http://motsenliberte.blog4ever.com/
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Célera, le perturbateur magnifique   Dim 13 Aoû - 22:48

Merci beaucoup, Gérard.
:voit:


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Contenu sponsorisé
Message Contenu sponsorisé : Re: Célera, le perturbateur magnifique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Célera, le perturbateur magnifique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poétikart ::  :: Critique de texte-
Sauter vers: