.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le présage de la pendule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin Messages : 3453
Points : 7603
Date d'inscription : 26/08/2009
Localisation : Région parisienne
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Le présage de la pendule   Jeu 10 Aoû - 8:51

Voici un texte dont j'aimerais avoir des critiques.

Je ne suis pas une personne avec des idées farfelues, je suis plutôt un scientifique qu’un rêveur, mais j’ai la certitude que cette nuit de janvier, des faits étranges et inexpliqués se sont produits chez moi.

Je vivais dans une petite maison à Yokohama dans la banlieue japonaise. L’endroit était paisible avec des paysages verdoyants et la population était fort sympathique.
J’élevais seul, tant bien que mal mes filles jumelles, Hidaka et Kawamoto âgées de neuf ans.
À l’âge de cinq ans, les médecins leur avaient diagnostiqué la maladie de Crohn.
Ma femme était morte l’année dernière suite à un accident de voiture causé par le verglas, sa voiture avait quitté la route pour s’engouffrer dans un ravin. Ce fut un choc indescriptible pour moi et les filles.
La vie n’était pas facile tous les jours mais j’étais heureux d’être près de mes enfants, de leur apporter du réconfort, les soins médicaux nécessaires à leur bien-être, du savoir-vivre et de pouvoir les élever loin des quartiers mal famés.

Lorsque je me suis couché ce soir de janvier, il était vingt-trois heures et dix minutes " je regardais systématiquement la pendule du salon avant de me coucher " alors que mes filles dormaient paisiblement à l’étage dans la même chambre, j’eus un pressentiment dérangeant qui m’empêcha de fermer l’œil rapidement.
La tête posée sur l’oreiller je scrutais la chambre de long en large, cherchant le moindre indice qui me mettait dans cet état d’inquiétude. Le silence était maître, pourtant je crus sentir un souffle au niveau de mes pieds. C’était sûrement mon imagination, pensais-je.

Ma journée avait été rude en raison de mon travail de photographe et de mes tâches familiales quotidiennes. À trente-neuf ans je me sentais déjà fatigué par la vie, mais évidemment je ne montrais rien à mes filles, elles avaient déjà bien souffert de la mort de leur maman.
Après quelques dizaines de minutes à chercher le sommeil, il vint enfin. Mes paupières épuisées se fermèrent et je partis rejoindre les bras de Morphée.

Dans la nuit, je fus réveillé en sursaut, l’air ambiant était glacial, je pouvais voir de la fumée sortir de ma bouche. C’est alors que j’ai entendu des bruits de pas qui semblaient provenir du perron devant la porte d’entrée. Le bruit n'était pas spécialement menaçant mais je sautai hors du lit et tirai le rideau pour regarder à l’extérieur "ma fenêtre donnait directement sur l'entrée de la maison". Je ne vis personne. Ce qui me frappa en premier fut l’absence de lumières à l’extérieur, aucun réverbère ne fonctionnait, les rues étaient plongées dans le noir ce qui donnait un côté lugubre au paysage. Je sortis de la chambre, frigorifié, et, allai dans la chambre des filles juste à côté de la mienne, pour m’assurer qu’elles allaient bien. Tout me semblait normal.
Tout de même anxieux, je descendis dans le salon et jetai un coup d’œil à la pendule.
Elle affichait, vingt-trois heures et dix minutes.
Comment était-ce possible !

Le tic-tac de la pendule résonnait dans le salon, j’avais la chair de poule et mon cœur martelait ma poitrine Aussi loin que je m’en souvienne la pendule en chêne a toujours été ici, à la même place, comme scellé au mur. La maison datait des années 1900. Lorsque mes parents sont décédés, la maison m’a été léguée en héritage vu que j’étais enfant unique.
Les bruits de pas avaient repris. Cette fois-ci ils ne m’échapperont pas ! Je courus vers la porte d’entrée et l’ouvris en grand. Tout ce que je vis fut le creux de la nuit qui envahissait ma rétine. Je me suis avancé vers l’extérieur pour voir les alentours. Rien ! Le silence était lourd. À part un chien errant qui aboyait au loin, il n’y avait pas âme qui vive.

Je rentrai, déconcerté, mais aussitôt la porte fermée les pas se firent plus intenses.
— Qui est là ? Criai-je.
Lorsque j’ouvris la porte ce que je vis en face de moi me glaça le sang, j’eus pendant quelques fractions de secondes un arrêt du cœur "chose impossible me direz-vous".
Il était là, à ma hauteur. Il, ou plutôt moi. J’étais comme face à un miroir où mon reflet me faisait face.
Je le regardai ahuri par cette vision surnaturelle.
— Tout ira mieux à présent, je peux partir, me dit-il.
— Qu’est-ce…

Il était, trait pour trait mon portrait. Ses cheveux noirs comme du charbon entouraient un visage fin et rosé. Ses yeux couleur noisette me fixaient telle des billes. J’étais comme hypnotisé par son regard vitreux. Sans rien dire de plus, il fit demi-tour et partit au loin jusqu'à ce que sa silhouette disparaisse dans le désert nocturne.
Je ne l’ai jamais revu.
Je n’ai jamais rien dit à mes filles pour ne pas les affoler.
Est-ce que cette nuit j’avais rêvé ou est ce que c’était bien réel ?
Encore aujourd’hui je n’ai pas de réponse à mes questions.
Chose étrange depuis cet évènement, Hidaka et Kawamoto ne souffrent plus de leur maladie, pour les médecins leur guérison est un mystère inexplicable et depuis, elles ne sont plus jamais tombées malades.

Les quelques jours qui ont suivi les phénomènes, je fis des recherches sur l’histoire de la maison et de leurs précédents occupants. L’homme ou le fantôme que j’avais vu était le premier propriétaire de la maison. Il s’était donné la mort suite aux décès prématurés de leurs filles jumelles atteintes de tuberculose. Sa femme avait également péri un an avant son suicide. Pourquoi était-il venu me voir, que voulait-il ?

Depuis ce jour, lorsque la pendule affiche vingt-trois heures et dix minutes, mon regard se dirige automatiquement vers la porte d’entrée, et, je ne me suis plus jamais couché à vingt-trois heures et dix minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Féminin Messages : 380
Points : 688
Date d'inscription : 31/12/2016
Localisation : Belgique
Humeur : le mien hihihi!!
avatar
Assoula
Message Assoula : Re: Le présage de la pendule   Jeu 10 Aoû - 9:23

Moi perso j'aime beaucoup
j'attends la site.....
Revenir en haut Aller en bas
http://chezassoulawarda.canalblog.com/
Féminin Messages : 685
Points : 1070
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
avatar
pierrotdelune
Message pierrotdelune : Re: Le présage de la pendule   Ven 11 Aoû - 11:14

Un très beau texte qui tient du conte par certains aspects mais que je préfère appréhender comme une fable.  En effet, ce texte est porteur d'espoir et d'une philosophie de vie. A la lecture de ton texte, me viennent en tête "La petite fille de Monsieur lino" de Philippe CLAUDE et "Je reviendrai avec la pluie" de Takuji Ishikawa.  Une histoire triste qui chemine vers l'espoir et dont se dégage une force.

J'ai quelques remarques à formuler :


"Lorsque je me suis couché ce soir de janvier, il était vingt-trois heures et dix minutes. (Je regardais systématiquement la pendule du salon avant de me coucher) alors que mes filles dormaient paisiblement à l’étage dans la même chambre, j’eus un pressentiment dérangeant qui m’empêcha de fermer l’œil rapidement."


La parenthèse ne devrait-elle pas venir avant le point puisqu'il s'agit d'une précision par rapport à l'heure ?


"Ma journée avait été rude dû à mon travail de photographe et par les tâches quotidiennes de vie de famille."

Ne serait-il pas judicieux de formuler cette phrase de la façon suivante : "Ma journée avait été rude en raison de mon travail de photographe et de mes tâches familiales quotidiennes." 


Dans le paragraphe 4, le mode "perron" est repris dans deux phrases qui se succèdent.


Dans le dernier paragraphe : "...décès prématuré de leurs filles jumelles atteintes de tuberculose."


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
http://pierrotdelune.canalblog.com
Féminin Messages : 3453
Points : 7603
Date d'inscription : 26/08/2009
Localisation : Région parisienne
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Re: Le présage de la pendule   Ven 11 Aoû - 12:38

Citation :
"Lorsque je me suis couché ce soir de janvier, il était vingt-trois heures et dix minutes. (Je regardais systématiquement la pendule du salon avant de me coucher) alors que mes filles dormaient paisiblement à l’étage dans la même chambre, j’eus un pressentiment dérangeant qui m’empêcha de fermer l’œil rapidement."

La parenthèse ne devrait-elle pas venir avant le point puisqu'il s'agit d'une précision par rapport à l'heure ?

Je ne connais pas la règle, j'attends donc les commentaires de l'aide que tu as posté.

Citation :
"Ma journée avait été rude dû à mon travail de photographe et par les tâches quotidiennes de vie de famille."

Ne serait-il pas judicieux de formuler cette phrase de la façon suivante : "Ma journée avait été rude en raison de mon travail de photographe et de mes tâches familiales quotidiennes."

Oui tout à fait c'est beaucoup mieux comme formule, je vais rectifier.

Citation :
Dans le paragraphe 4, le mode "perron" est repris dans deux phrases qui se succèdent.
Il faut que je tourne la phrase autrement ou alors remplacer "perron" par un autre mot.

Merci Pierrot de Lune, cela me fait plaisir car ainsi je peux comprendre mes erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Féminin Messages : 3453
Points : 7603
Date d'inscription : 26/08/2009
Localisation : Région parisienne
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Re: Le présage de la pendule   Mar 15 Aoû - 16:15

Puisqu'il n'y a pas d'autres critiques sur ce texte je vais donc le classer dans (Textes complets des auteurs de Poétikart)
Revenir en haut Aller en bas
Masculin Messages : 3433
Points : 8063
Date d'inscription : 23/11/2009
Localisation : Royan
Humeur : Fou de joie
avatar
Gérard de l'Extrême
Message Gérard de l'Extrême : Re: Le présage de la pendule   Mar 15 Aoû - 17:39

Voilà une correction sur la forme.
Pour le fond, je ne comprends pas que le personnage voit son double dans le miroir comme fantôme et qu'il dise à la fin que c'est l'ancien propriétaire qui est le fantôme.
A part cela, j'aime bien les fantômes qui font du bien au gens, alors :mf :peur: même pas peur... 


corrections:
 


L'avenir est une promesse
_______________________
Lisez mes histoires courtes ICI  :fl:
_______________________
Mon Blogue : MOTS en LIBERTÉ
Revenir en haut Aller en bas
http://motsenliberte.blog4ever.com/
Féminin Messages : 3453
Points : 7603
Date d'inscription : 26/08/2009
Localisation : Région parisienne
avatar
Gourmandine
Message Gourmandine : Re: Le présage de la pendule   Mer 16 Aoû - 8:17

Merci pour ta critique et ta correction Gérard.
Il est vrai qu’après relecture il y a quelque chose qui cloche dans mon texte qui doit être plus abouti et travaillé.
Lorsque l'on écrit on n'a pas toujours la même vision que le lecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message Contenu sponsorisé : Re: Le présage de la pendule   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le présage de la pendule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poétikart ::  :: Critique de texte-
Sauter vers: