.
 
AccueilS'enregistrerConnexion
SOYEZ LES BIENVENUS ! Vous êtes invité à vous présenter aux autres membres pour faire connaissance : " ICI "
Ecrit collectif : PARTICIPATION A L'ECRITURE COLLECTIVE D'UNE HISTOIRE : INSCRIVEZ-VOUS VITE !
Dans "écriture collective" ICI !

Partagez | 
 

 La majuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
Messagepar Invité : La majuscule   Ven 18 Aoû - 10:50

Usage des majuscules en général

La règle générale

On met des majuscules dans deux cas : pour marquer le début d'une phrase, pour distinguer un mot.

Le début de phrase
La majuscule débute un paragraphe ou suit un point (.), un point d'exclamation (!), un point d'interrogation "?", des points de suspension (...).

Elle ne suit JAMAIS deux points (:), un point virgule (;), une virgule(,) qui ne marquent pas la fin d'une phrase.

Les exceptions
L'incise
Le verbe de parole fait partie de la phrase, donc est en minuscule
- Viens ! dit-il.
La citation
Il a dit : "Viens !"
Quand le mot après la ponctuation fait encore partie de la phrase
"Oh ! vraiment ?"
Les vers
On met une majuscule en début de vers, même sur on est en milieu de phrase
Mignonne, allons vois si la rose
Qui ce matin avait déclose

La distinction

Les lieux et les personnes


Les noms propres désignant un lieu ou une personne particulière :
La France, monsieur Dupont, Ronsard
Les objets dérivant d'un nom propre :
Une fermeture Eclair, des Kleenex, une Citroën

Exceptions
Quand on a oublié que c'était une marque...
Un frigidaire, un caddie
Que le nom propre est devenu un nom commun ou un adjectif
C’est un vrai don juan, C'est un cas cornélien (digne d'une tragédie de Corneille) ou qu'il représente une chose ou un produit
J'ai cueilli une marguerite, du roquefort


Les habitants d'une ville, les peuples
Les Parisiens, les Anglais
Par contre, les dérivés de noms propres utilisés comme adjectifs, langue, système de pensée, sont en minuscule :
L'argot parisien, il parle anglais


Les institutions
Le Parlement, le ministère de la Marine (notez le m minuscule de ministère), l'Eglise (l'institution, pas le bâtiment), l'Etat, le Premier ministre.

Les événements, les époques
L'Antiquité, la Seconde Guerre mondiale, la Révolution (uniquement celle de 1789, quand on ne précise pas l'année), l'appel du 18 Juin, le Parti communiste.

La majuscule de déférence
Quand on emploie ou écrit un titre en s'adressant à quelqu'un :
Bonjour, Monsieur le Directeur
Dans les autres cas, la minuscule est de rigueur
J'ai vu monsieur Dupont, Je voudrais voir le directeur

L'allégorie
La Mort traversait le champ de bataille
Là, on voit la Faucheuse, au dessus des combattants. Par contre on dira : Il a peur de la mort
En règle générale, ne pas en abuser ! Si vous dites que votre personnage rencontre l'Amour, ce n'est pas juste qu'il est très amoureux. C'est qu'il n'éprouvera jamais de sentiments aussi forts pour une autre personne. Sauf si c'est de l'ironie : Ce casanova rencontre l'Amour une fois par mois.

Le titre des œuvres
Seul le premier mot est en majuscule
Quand le titre ne commence pas par un article défini
Orgueil et préjugés, Un long dimanche de fiançailles
Quand le titre est une phrase contenant un verbe
Le facteur n'est pas passé
C'est plus compliqué quand...
Le titre commence par un article défini : on met des majuscules jusqu'au nom
Les Trois Mousquetaires, La Jeune Fille à la perle
Quand le titre contient plusieurs subordonnées
Le Vieil Homme et La Mer.

A savoir
Le 5 juin : pas de majuscule aux mois de l'année.
Il vient mardi : pas de majuscule aux jours de la semaine
Viens ! cria Albert : pas de majuscule aux verbes dans les dialogues
Les titres d'articles de journaux : on applique la règle pour les titres (voir ci-dessus). Ne pas mettre de majuscules à tous les mots comme le font les anglais
Le ministère, le ministre : ce ne sont pas des institutions en soit, mais le mot générique pour les désigner.





Quand doit-on mettre une majuscule ?


 On met une majuscule

Au début d'une phrase, d'un vers (mais pas toujours) ou d'une citation.
 Exemples :
 Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements qu'ils portent sur ces choses. (Épictète)
 Loin des oiseaux, des troupeaux, des villageoises,
Je buvais, accroupi dans quelque bruyère
Entourée de tendres bois de noisetiers,
Par un brouillard d'après-midi tiède et vert. (Rimbaud)
 Un jour, une fille, en classe de CM2, a fait s'envoler son cahier par un splendide atchoum. La maîtresse au tableau s'est retournée : « Distingué, vraiment ! » (Ernaux)

Après un point qui termine une phrase.

Après un point d'exclamation, un point d'interrogation, des points de suspension lorsqu'ils terminent une phrase.
 Exemples :
 J'ai besoin d'une épithète ; peu m'importe de sacrifier la vérité ! Je prends dans le dictionnaire le mot qui fait l'affaire, quand même il dirait le contraire de ce que je voulais dire. (Vallès)
 Qu’est-ce que signifie ici que l'existence précède l'essence ? Cela signifie que l'homme existe d'abord, se rencontre, surgit dans le monde, et qu'il se définit après. (Sartre)
 J'étais peut-être jolie ; ma mère et mes portraits de ce temps-là ne sont pas toujours d'accord... Je l'étais à cause de mon âge et du lever du jour, à cause des yeux bleus assombris par la verdure, des cheveux blonds qui ne seraient lissés qu'à mon retour, et de ma supériorité d'enfant éveillée sur les autres enfants endormis. (Colette)

Aux noms propres : personnes (noms et prénoms, surnoms), lieux, monuments, œuvres, habitants, revues, journaux, etc.
 Exemples :
 Il toussa, puis déclara qu'en son âme et conscience la déclaration unanime du jury était que Julien Sorel était coupable de meurtre, et de meurtre avec préméditation : cette déclaration entraînait la peine de mort ; elle fut prononcée un instant après. (Stendhal)
 Alors, elle se mit à rêver, avec une joie puérile, aux belles parties de raquette qu'elle avait faites jadis avec sa jeune sœur Christine. (Zola)
 Elle avait de jolis yeux, vous savez, cette vipère, non pas des yeux de saphir comme les vipères de bracelets, je le répète, mais des yeux de topaze brûlée, piqués noir au centre et tout pétillants d'une lumière que je saurais plus tard s'appeler la haine et que je retrouverais dans les prunelles de Folcoche, je veux dire de ma mère, avec, en moins, l'envie de jouer (et, encore, cette restriction n'est-elle pas très sûre !). (Bazin)
 Les cendres de Voltaire (l'auteur de Candide) ont été transférées au Panthéon (à Paris) treize ans après sa mort.
 La chasse a longtemps été pratiquée par de nombreux Français vivant en milieu rural. (Site du ministère des Affaires étrangères)

Pour les titres d’œuvres, voici quelques règles1 :
 Le titre est un article défini suivi d’un nom : l'article s'écrit avec une minuscule, le nom avec une majuscule. Avez-vous lu la Chute de Camus ?
 Le titre est un nom suivi d'un adjectif : seul le nom prend la majuscule. Non, mais je vais lire la Machine infernale.
 Le titre est constitué par deux noms coordonnés par ou : les deux noms prennent la majuscule. Jorge Semprun a publié l’Écriture ou la Vie en 1994.
 Le titre se compose d'un adjectif suivi d'un nom : tous deux prennent la majuscule. René Barjavel a publié le Grand Secret en 1973.
 Dans les autres cas, seul le premier mot prend la majuscule. On remet toujours à plus tard la lecture d’À la recherche du temps perdu.

Aux abstractions personnifiées (allégorie), aux symboles.
 Exemple :
 La Débauche et la Mort sont deux aimables filles,
Prodigues de baisers et riches de santé,
Dont le flanc toujours vierge et drapé de guenilles
Sous l'éternel labeur n'a jamais enfanté. (Baudelaire)

 À monsieur, madame et mademoiselle quand ces mots sont abrégés, quand on s'adresse à la personne dans une lettre.
 Exemples :
 J’ai vu Mme Robin au cinéma.
 Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués.
 Ou bien quand ces mots sont une dénomination historique : Le dîner se passa à l'ordinaire, et Monsieur y mangea extrêmement comme il faisait à tous ses deux repas, sans parler du chocolat abondant du matin, et de tout ce qu'il avalait de fruits, de pâtisseries, de confitures, et de toutes sortes de friandises toute la journée, dont les tables de ses cabinets et ses poches étaient toujours remplies. [« Monsieur » désigne ici le frère du roi] (Saint-Simon)0

Aux noms d'époques historiques ou d'événements historiques.
 Exemples :
 L'Antiquité, la Renaissance, le Moyen Âge.
 La Révolution (mais, quand il y a une précision, la révolution de 1789).

Avec cela, vous pouvez reprendre votre souffle... ce n'est pas simple !

Gérard :fl:
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 6479
Date d'inscription : 26/08/2009
Féminin
Gourmandine
Gourmandine
Messagepar Gourmandine : Re: La majuscule   Lun 21 Aoû - 10:43

Très très intéressant Gérard.
Comme je n’écris plus vraiment de poésies mais plutôt des textes (j'y ai pris goût) c'est une explication très utile.
Je me rends compte que beaucoup de règles apprises étant plus jeune (bien que je sois encore jeune) sont parties aux oubliettes.
:mp
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1683
Date d'inscription : 10/03/2017
Localisation : Belgique
Humeur : Positive
Féminin http://pierrotdelune.canalblog.com
pierrotdelune
pierrotdelune
Messagepar pierrotdelune : Re: La majuscule   Lun 21 Aoû - 18:03

Des informations encore très intéressantes.  Merci beaucoup, Gérard.
:voit:


Pierrot de lune
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Messagepar Contenu sponsorisé : Re: La majuscule   

Revenir en haut Aller en bas
 
La majuscule
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poétikart ::  :: Demandes d'aides et conseils pour l'écriture :: AIDES en tous genres-
Sauter vers: